Projet 1.2. Le patrimoine dans les espaces post-soviétiques

Responsables : Julie Deschepper (CREE), Taline Ter Minassian (CREE), Sophie Hohmann (CREE), Laurent Coumel (CREE)

1.2.1. Patrimoines et politiques mémorielles

Adossé au séminaire de M2 de l’INALCO, cet axe de recherche est proposé en partenariat avec l’Université Paris-Diderot, master Ville, Architecture, Patrimoine. Une piste de partenariat est tracée (Sophie Coeuré, Paris-Diderot) selon les lignes déjà expérimentées depuis plusieurs années. Ce sous-axe intègre toutes les recherches ayant trait à l’histoire, la politique, la sociologie, l’économie et l’anthropologie du patrimoine dans différentes aires géographiques, y compris dans sa composante naturelle et environnementale.

1.2.2. Le patrimoine soviétique, russe et néo-russe à Paris

Nous avons l’intention d’explorer dans ce domaine (déjà balisé) plusieurs pistes de recherches portant sur l’histoire et l’actualité du patrimoine russe à Paris. Parmi les objets de recherche, citons le patrimoine néo-russe (Centre spirituel orthodoxe de Paris) traité dans ses dimensions architecturales et politiques (Soft Power russe). Nous avons également à l’esprit le patrimoine russe dans le métro parisien (politique d’échanges artistiques entre le métro de Paris et le métro de Moscou). Ce projet d’étude trouvera un prolongement dans le sous-axe 3 car le patrimoine soviétique du métro de Moscou est un objet patrimonial soviétique à part entière. Nous tenterons une analyse des restaurations menées dans certaines stations moscovites en mobilisant, outre l’histoire de l’art et de l’architecture, d’autres disciplines, en particulier l’anthropologie du patrimoine.

1.2.3. Architecture et patrimoine dans les États post-soviétiques : de la patrimonialisation à la « dépatrimonialisation » ?

Outre l’histoire, la sociologie et l’économie du patrimoine, nous expérimenterons des nouvelles approches du terrain soviétique, notamment l’archéologie dans les milieux extrêmes (archéologie glaciaire, permafrost etc.). [Exemple du monastère d’Ostachkov sur le lac Seliger : lieu d’enfermement d’une partie des officiers polonais assassinés en 1940 dans le cadre des « massacres de Katyn »]

Chercheurs associés au projet : Sophie Coeuré (Université Paris-Diderot), Laurent Coumel (CREE), Delphine Betchel (Sorbonne Université), François Gentili (INRAP), William Van Andringa (Université Lille-III), Claire Thouvenot (HAR), Louisa Martin Chevalier (MUSIDANSE), Emeric Tellier (IHS).

Principales collaborations :
 Université Paris-Diderot, Sorbonne Université, INRAP, EHESS, Université Lille-III, Université Paris-VIII, Nanterre Université, LabEx H2H, IHS, Musée d’archéologie du Val d’Oise.

Opérations de recherche envisagées :

Mots-clefs : espaces post-soviétiques ; histoire transnationale ; patrimoine soviétique ; études patrimoniales, patrimonialisation ; Norilsk ; patrimoine soviétique en France ; ville, urbanisme ; architecture, archéologie.
 

1.2.4. Patrimonialisation de la nature et construction des territoires : le cas de la Volga

Les politiques de protection de la nature en Union soviétique ont connu un tournant dans les années 1960 et 1970 avec l’affirmation de la dimension patrimoniale des paysages et des écosystèmes. Il s’agit d’envisager cette évolution, qu’accompagne un renouveau du sentiment national russe mais aussi des identités régionales en Russie, à la fin de la période soviétique et dans les dernières années du XXe siècle, par une approche à la fois historique et anthropologique. 

Principales collaborations : EHESS, Université de Tver 

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search