La pratique contemporaine des sports de combat chez les Tchétchènes – Tiphaine Gingelwein

La pratique contemporaine des sports de combat chez les Tchétchènes

Tiphaine Gingelwein

Étudiante en Master 2 LLCER Études russes à l’INALCO

 

« C’est Tiphaine, elle veut savoir pourquoi nous, les Tchétchènes, on fait de la lutte » : c’est ainsi que me présente à ses camarades l’un des résidents de l’Institut national du sport, de l’expertise et de la performance (INSEP), où je me rends en septembre 2023. Accompagnée d’un membre de l’équipe de France de lutte libre, majoritairement constituée de sportifs d’origine tchétchène[1], je souhaite alors questionner les athlètes dans le cadre de mes recherches sur la pratique des sports de combat chez les Tchétchènes. « C’est comme ça, les Tchétchènes font de la lutte », me répond l’un d’entre eux[2].

Entre 2017 et 2022, judokate, j’ai effectué plusieurs séjours dans une école de judo près de Saint-Pétersbourg, en Russie, dont le directeur et un bon nombre d’athlètes sont d’origine tchétchène. Au cours des échanges, j’ai développé une certaine amitié avec eux et un intérêt pour leur communauté. J’ai par ailleurs eu l’occasion de faire quelques observations sur le milieu, essentiellement masculin, du sport « tchétchène », à savoir les sports de combat pratiqués par des personnes s’identifiant comme Tchétchènes. Le présent article s’appuie sur ces observations directes et participantes, couplées aux entretiens que je réalise à présent auprès de pratiquants de sports de combat en Tchétchénie, ailleurs en Russie, ainsi que dans la diaspora tchétchène en Europe et au Moyen-Orient. Mes questionnements portent sur la relation entre la pratique contemporaine des sports de combat et plusieurs pans de la culture tchétchène : l’histoire, le religieux, l’individu.

Une remarque générale s’impose : les sports de combat sont nombreux, et il est extrêmement difficile d’en donner une liste exhaustive. On peut toutefois les diviser en deux grandes catégories : les sports de préhension et ceux de percussion. Dans la première catégorie, nous trouvons notamment la lutte, qui se mène essentiellement debout ; le JJB (jiu-jitsu brésilien), qui se mène au sol ; et le judo, qui se mène aussi bien debout qu’au sol. La seconde catégorie contient les différentes formes de boxe. D’autres sports, dont le MMA (Mixed Martial Arts) et le sambo, mêlent préhension et percussion. Chaque sport implique naturellement une tenue, un espace et des règles spécifiques.

Une histoire des sports de combat chez les Tchétchènes

Lorsque j’interroge mes plus jeunes interlocuteurs sur l’histoire du sport « tchétchène », la majorité se trouve dans l’incapacité de me répondre, et ce, contrairement à des personnes plus âgées, qui m’exposent l’histoire de sports qu’ils n’ont, parfois, jamais pratiqués. Lorsque je le fais remarquer à un jeune ami, il me rétorque : « Nous, on fait l’histoire, les anciens l’étudient[3]. »

L’histoire des sports pratiqués par les populations tchétchènes demeure un sujet peu étudié, en dépit de deux volumes majeurs qui y ont été consacrés (en russe) : Éducation physique et sport en Tchétchénie et Ingouchie[4] d’Alexandre Krasnov (1963) et Histoire de l’éducation physique et du sport en Tchétchénie[5] de Saïd-Ali Aslakhanov (2021). Ces ouvrages nous apprennent que les garçons tchétchènes pratiquaient différentes activités mêlant apprentissage guerrier, sport et activité ludique, tel que le « jeu du fromage », durant lequel deux équipes s’affrontaient, chacune devant conserver sa « balle » – un sac contenant un fromage –, et s’emparer de celle de l’équipe adverse. Ce jeu contenait dès lors des éléments de sport de balle et de lutte, puisque l’on pouvait saisir et projeter le porteur de fromage. Nous apprenons également l’existence d’une lutte traditionnelle vaïnakhe (commune aux Tchétchènes et Ingouches), le latar, ou k’altokharg, qui permettait les saisies du buste et les actions de jambes, afin de projeter l’adversaire. Ces mots ont un sens pour mes interlocuteurs, mais ils ne semblent pas évoquer, aujourd’hui, les sports « traditionnels ». Un jeune répondant me dit : « Latar et k’altokharg, vous savez, si on le traduit en russe, c’est la même chose. Latar c’est la lutte. K’altokharg c’est faire tomber quelqu’un. Pour être honnête, je n’ai jamais entendu parler de ces sports traditionnels[6]. »

L’ancien athlète et entraîneur d’haltérophilie Movladi Abdoulaïev tient un site internet sur le sport tchétchène[7]. Il y évoque l’histoire des sports « modernes », dont la lutte sportive. L’histoire de celle-ci est étroitement liée au nom de l’entraîneur de lutte libre Degui Bagaïev (1942-2015), dont l’élève Aslanbek Bisoultanov devient le premier Tchétchène champion d’URSS (1976), d’Europe (1977) et du monde (1977). Bouvaïssar Saïtiev, originaire de Khassaviourt, au Daghestan, ville dans laquelle l’un des élèves de Bagaïev fonde une école de lutte, devient le premier champion olympique tchétchène en 1996.

En 1966 H. a ouvert l’une des premières salles de judo en Tchétchénie, à Starye Atagui[8]. S., directeur de l’école qui m’a souvent accueillie, est originaire de ce village et fut son élève. Les jeunes du village connaissent cette histoire : « Il [H.] aurait pu rester [à Léningrad, aujourd’hui Saint-Pétersbourg, où il a fait ses études] mais tu sais, il a préféré rentrer chez lui. Il est le premier à avoir commencé [à enseigner] le judo, le sambo. […] Il a ouvert, construit une salle, cette salle-là… elle est encore là, cette salle, c’est une très vieille salle[9]. »

Notons que l’histoire des sports popularisés plus récemment est connue des jeunes Tchétchènes : le MMA a été popularisé dans les années 2010, grâce au daghestanais Khabib Nourmagomedov, évoqué par plusieurs interrogés, en même temps que le JJB, importé en Tchétchénie par l’entraîneur Arbi Mouradov[10].

Si mes interlocuteurs seniors évoquent les difficultés à pratiquer liées au manque de moyens à l’époque soviétique ou encore aux récentes guerres, en Tchétchénie d’aujourd’hui « toutes les conditions sont réunies pour la pratique du sport[11] ». Le sport, et plus particulièrement les sports de combat, semble en effet être l’une des principales préoccupations du chef de la Tchétchénie Ramzan Kadyrov, qui a largement contribué à la promotion de ces disciplines[12]. Le sport étant un élément très important du pouvoir tchétchène, des avancées ont même été dans la pratique féminine. Ainsi, H. se réjouit de la récente ouverture de la natation aux femmes[13].  

Un attrait particulier pour les sports de combat

J’interroge mes interlocuteurs : pourquoi les Tchétchènes pratiquent-ils les sports de combat ? Cet attrait est communément expliqué par l’adhésion à une certaine tradition culturelle. Selon les mots de H., « les traditions, ce sont des qualités, des orientations positives qui se sont développées au fil des siècles chez chaque peuple. La tradition enlève tout ce qui est mauvais et ne prend que les bons côtés. La tradition, c’est le mariage, ce sont des événements, des cultures, des chants, des danses, différents types de sports, surtout la lutte[14]. »

« Au Caucase, en général, tout le monde pratique les arts martiaux[15] », ajoute-t-il. Mais tous n’invoquent pas les mêmes raisons. Ainsi, d’aucuns mentionnent l’histoire guerrière de la Tchétchénie : « Tu vois, on te montre l’avant-bras, dans la veine, on dit “mille ans de guerre”. On a tout le temps été en guerre, donc c’est naturel pour un Tchétchène d’aller direct dans un sport de combat, pour se forger.[16] » Ceux qui n’évoquent pas la guerre mentionnent la nécessité, pour un « vrai homme[17] », de savoir combattre. En effet, l’homme tchétchène est censé viser le statut de q’onakh, issu du code moral du guerrier tchétchène, la Q’onakhalla[18], et qui désigne un homme accompli, capable de défendre son daïmokhk, sa terre[19]. Ainsi, des figures de guerriers du XIXe siècle, notamment Baïssangour Benoïevski (1794-1861), inspirent un certain nombre de sportifs, qui voient en lui un exemple de combativité à appliquer aux activités sportives.

Plus rares sont ceux qui invoquent des raisons économiques. Selon l’un de mes interlocuteurs, la pratique professionnelle des sports de combat, dans l’une des régions les plus pauvres de Russie, constitue « un moyen facile de gagner de l’argent[20] ».

Beaucoup mentionnent le rôle social des « grands », celui des garçons plus âgés, qui incitent les plus jeunes à apprendre à se battre, dans la rue ou dans le sport[21]. Cette transmission a lieu aussi, et surtout, au sein de la famille : rares sont ceux qui n’évoquent pas le rôle de leur père ou de leurs grands frères dans leur pratique sportive, et tous souhaitent la transmettre à leurs (futurs) enfants.

La pratique du sport au prisme des considérations religieuses

Or, lorsque je demande à un lutteur, père d’un garçon et d’une fille, s’il souhaite transmettre sa pratique à ses deux enfants, il me répond : « Non. Chez nous les filles ne font pas de lutte, je ne sais pas si tu as remarqué.[22] » Cette vision est appuyée par une certaine tradition culturelle, mais aussi religieuse. Si certains sont intransigeants sur la pratique des filles (« ça ne se fait pas », « ce n’est pas admis[23] »), d’autres m’en citent des exemples, notamment ceux de judokates. Pourquoi le judo ? S. m’explique que le judo est le meilleur sport pour les Tchétchènes, car le corps y est couvert, pour les hommes comme pour les femmes[24]. Notons cependant que je n’ai jamais rencontré de judokate tchétchène.

La réflexion de S. est intrinsèquement liée aux normes de l’islam. Diverses considérations religieuses peuvent en effet interférer avec la pratique sportive[25]. Dans le cas des sports de combat, deux règles relevant desdites considérations s’avèrent primordiales, bien qu’elles ne soient pas perçues de la même manière par tous les sportifs. La première règle fait référence à la ‘awrah, soit des parties du corps à couvrir. Faisant l’unanimité, cette règle préoccupe les pratiquants, qui, n’ayant d’autre choix que de respecter les normes vestimentaires propres à leur sport lors des compétitions, entendent à s’y adapter lorsqu’ils en ont la possibilité, en portant une autre tenue à l’entraînement, ou encore en floutant leurs images sur les réseaux sociaux[26].

La seconde règle concerne les coups portés et est liée à un hadith, parole du Prophète : « si l’un d’entre vous frappe [quelqu’un], qu’il ne le frappe pas au visage[27] ». Comme les théologiens, les pratiquants sont partagés sur ce sujet. Au cas où cette règle est perçue comme devant s’appliquer à tous les contextes, pratiquer un sport de combat de percussion devient interdit. Les sportifs s’orientent alors vers un sport de préhension (judo, lutte). Selon une interprétation moins rigoureuse de cette même règle, une distinction des contextes est possible. Alors, le contexte sportif ou celui de la défense personnelle sont ceux qui permettent les coups.

Les sports de combat chez les Tchétchènes, un fait social total ?

Nous pouvons constater que la pratique contemporaine des sports de combat mobilise plusieurs aspects de la culture et de l’histoire tchétchènes : la mémoire guerrière, avec des héros du passé qui peuvent servir de modèles à certains pratiquants au même titre que les grands champions de lutte ; des pratiques religieuses ; une transmission qui se fait au sein de la famille et de la communauté ; une incarnation politique de plus en plus forte sous le régime de Ramzan Kadyrov ; enfin, des réalités économiques contemporaines.

Au vu des premiers résultats de mes recherches, il semble pertinent de concevoir la pratique des sports de combat chez les Tchétchènes à la lumière de la notion de fait social total théorisée par Marcel Mauss[28], soit un phénomène rassemble pratiquement toutes les dimensions d’une société. Si l’on estime que le football constitue un fait social total de notre temps[29], il pourrait en être de même pour les sports de combat à l’échelle de la société tchétchène. Ainsi, un entraîneur de lutte, non tchétchène, me dit : « Je pense que ça apporte [aux élèves] quelque chose socialement. Chez nous c’est le foot, qu’est-ce qui fait qu’on aime le foot ? Je pense que, socialement, c’est ancré dans la culture. […] Je pense que [les sports de combat] c’est simplement sociétal, ça représente quelque chose pour eux [les Tchétchènes].[30] » Et, en effet, nous retrouvons dans la pratique des sports de combat chez les Tchétchènes des dimensions historique, culturelle et religieuse, parfois économique et, de plus en plus, politique.

 

[1] «Вся сборная Франции по борьбе состоит из чеченцев. Как так вышло?» [Toute l’équipe de France de lutte est constituée de Tchétchène. Pourquoi ?], Sport Express, 13 mars 2023, en ligne sur https://www.sport-express.ru/wrestling/reviews/sbornaya-francii-po-borbe-sostoit-iz-chechencev-pochemu-eto-sluchilos-2049888/ (consulté le 04/01/2024).

[2] Entretien avec Z., 29 ans (lutte libre ; France), septembre 2023.

[3] «Мы делаем историю, а пожилые её учат», entretien avec Y., 18 ans (judo, boxe ; Finlande), octobre 2023.

[4] A.I. Krasnov, Физическая культура и спорт в Чечне и Ингушетии [L’éducation physique et le sport en Tchétchénie et Ingouchie], Grozny, Éditions tchétchéno-ingouches, 1963, 212 p.

[5] S.-A. Aslakhanov, История физической культуры и спорта Чечни[Histoire de l’éducation physique et du sport en Tchétchénie], Makhatchkala, ALEF, 2021, 846 p.

[6] «Латар и кlалтохарг, знаете, если на русский язык перевести, это одно и то же. Латар – это борьба. Кlалтохарг – это уронить человека. Об этих традиционных видах спорта я не слышал, честно сказать.», entretien avec M., 20 ans (JJB ; France), octobre 2023.

[7] WSPORT-SHATOY – Чеченский спорт [Le sport tchétchène], en ligne sur https://wsport.su/ (consulté le 04/01/2024).

[8] Entretien avec S., 67 ans, et H., 77 ans (Judo ; Russie/Tchétchénie), octobre 2023.

[9] «Он мог бы там остаться, но он, знаешь, предпочёл приехать к себе домой. Дзюдо, самбо он начал первым здесь. Развивать, тренировать детей […]. Он открыл зал, построил зал, этот спортзал… сейчас здесь есть этот спортзал, такой старый спортзал», entretien avec R., 21 ans (judo, sambo ; Russie/Tchétchénie), octobre 2023.

[10] Entretien avec M., 20 ans (JJB ; France), octobre 2023.

[11] «У нас созданы все условия для занятия спортом», entretien avec S., 67 ans, et H., 77 ans (Judo ; Russie/Tchétchénie), octobre 2023.

[12] L. Aubin, « Être fort comme un Tchétchène. Sport, islam et politique sous Ramzan Kadyrov », Revue du Crieur, vol. 19, n° 2, 2021, p. 92‑119.

[13] Entretien avec H., 77 ans (judo Russie/Tchétchénie), octobre 2023.

[14] «Традиции – это веками сложившиеся положительные качества, направления, у любого народа. Традиция – она убирала всё плохое и принимала только хорошие стороны. Традиция – это свадьба, мероприятия какие-нибудь, культуры, исполнение песни, танца, спорта различные виды, особенно борьба» (ibid).

[15] «На Кавказе, в основном, все занимаются единоборствами» (ibid).

[16] Entretien avec I., 27 ans (lutte libre ; France), septembre 2023.

[17] Entretiens avec A., 32 ans, Z., 29 ans (lutte libre ; France), et S., 67 ans (judo ; Russie), septembre/octobre 2023.

[18] Entretien avec S. (lutte libre, JJB, kickboxing ; Jordanie), novembre 2023.

[19] L. Iliasov, Культура чеченского народа [La culture du peuple tchétchène], Moscou, Bureau de l’UNESCO, 2009, 264 p.

[20] Entretien avec M., 20 ans (JJB ; France), octobre 2023.

[21] Entretiens avec Z., 29 ans (lutte libre ; France), A., 22 ans (lutte libre, boxe ; France) et R., 21 ans (judo, sambo ; Tchétchénie), septembre/octobre 2023.

[22] Entretien avec A., 32 ans (lutte libre ; France), octobre 2023.

[23] Entretiens avec Y., 18 ans (judo, boxe ; Finlande) et V., 21 ans (judo ; Tchétchénie), octobre/novembre 2023.

[24] Entretien avec S., 67 ans (Judo ; Russie), octobre 2023.

[25] S.A. Aldeeb Abu-Sahlieh, « Limites du sport en droit musulman et arabe », Confluences Méditerranée, vol. 50, n° 3, 2004, p. 93‑112.

[26] Baïssangour Chamsoudinov (@c.baysangur), 29 août 2023, Instagram, en ligne sur https://www.instagram.com/p/CwiXcP_P41K/ (consulté le 04/01/2024).

[27] Mouhammad Al-Boukhari, IXe siècle, صحيح البخاري.

[28] M. Mauss, Essai sur le don. Forme et raison de l’échange dans les sociétés archaïques, Paris, PUF, 2012 (1925), 241 p.

[29] T. Wendling, « Us et abus de la notion de fait social total. Turbulences critiques », Revue du MAUSS, vol. 36, n° 2, 2010, p. 87‑99.

[30] Entretien avec D., entraîneur (lutte libre ; France), septembre 2023.

 

*Article réalisé dans le cadre du séminaire de Master 2 « Russie-URSS : approches pluridisciplinaires » organisé par Jules Sergei Fediunin


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
cree (24 janvier 2024). La pratique contemporaine des sports de combat chez les Tchétchènes – Tiphaine Gingelwein. Carnets Russie-Europes-Eurasie. Consulté le 22 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/vo4o


Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. 01/02/2024

    […] La pratique contemporaine des sports de combat chez les Tchétchènes, par Tiphaine Gingelwein, sur le Carnet du CREE ; […]

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search