Paris, métropole polyphonique : pour une histoire de la presse parisienne en langue étrangère (XIXe-XXIe siècle)

Le CREE (Inalco)  avec le Centre d’Histoire Culturelle des Sociétés Contemporaines (Université Paris-Saclay), la BnF, l’ICT (Université de Paris), le LARCA UMR 8225, (Université de Paris, CNRS) et en partenariat avec la BULAC, La Contemporaine, coorganise la 8ème rencontre du réseau Transfopress (Réseau transnational pour l’étude de la presse en langues étrangères), intitulée “Paris, métropole polyphonique : pour une histoire de la presse parisienne en langue étrangère (XIXe-XXIe siècle)”.

Mercredi 9 mars 2022 – 14:00 – Vendredi 11 mars 2022 – 18:30
Inalco – Auditorium du PLC (65, rue des Grands Moulins – Paris 13ème)


Modalité : Hybride.

Pour assister en présentiel à cette manifestation scientifique, vous devrez prochainement vous inscrire sur ce lien. Votre pass vaccinal vous sera demandé à l’entrée.
Pour suivre en distanciel, vous aurez prochainement des informations.  

Photo de l’affiche de la 8ème rencontre du réseau Transforpresse : “Paris, métropole polyphonique : pour un histoire de la presse parisienne en langue étrangère (XIXè-XXIè siècle)” © Archives Ville de Paris / Vicky Haut

Paris, comme d’autres mégapoles-métropoles européennes et mondiales, s’est construite au fil du temps par une succession de migrations internes, auxquelles sont venues s’ajouter plusieurs vagues d’immigration. République des arts et des lettres, lieu de refuge, de création et de légitimation, surnommée la  “Babel des temps modernes”, la Ville-Lumière a été au cours de deux derniers siècles, une destination privilégiée de différents types de mouvement de population. Sous la Monarchie de Juillet, le Second Empire et jusqu’à la Troisième République, des étudiants et des artistes de toutes origines évoluent dans l’espace parisien à côté de réfugiés politiques et d’ouvriers de provenances multiples, mais également de visiteurs et de résidents fortunés. On s’installe à Paris pour fuir la répression ou la persécution politique, pour profiter de l’offre culturelle et scientifique de la ville, ou encore en espérant y trouver un moyen de subsistance.

Depuis la Deuxième Guerre mondiale, la Guerre Froide, la décolonisation, la multiplication de guerres civiles ou de confrontations régionales à partir des années 1990, des victimes de régimes autoritaires et totalitaires ou de conflits y ont côtoyé des artistes attirés par la créativité culturelle de la capitale française, des dissidents et exilés politiques y ont rejoint des migrants à la recherche d’un meilleur avenir. Des personnes d’horizons géographiques divers et variés, ont constitué la société parisienne et ont contribué à la fabrique d’une métropole cosmopolite et polyphonique. Au sein de cette mosaïque d’une grande diversité linguistique, des journaux et des périodiques s’adressant à un public maîtrisant peu ou pas le français, ont vu le jour.

Ce colloque se fixe pour objectif de mettre en évidence comment la presse publiée dans la région parisienne, dans des langues autres que le français, contribue à une meilleure connaissance de sa topographie, de sa sociologie, de l’évolution de son paysage socioculturel. L’étude des journaux et des périodiques fondés par ou pour les différentes communautés linguistiques, devrait permettre d’éclairer cet angle mort de l’histoire de la presse parisienne et de poser les jalons d’une histoire polyphonique de la presse publiée à Paris et dans ses environs directs.

Dans une telle perspective, il s’agit de relever les différents lieux liés à la production et à la circulation de ces journaux, de repérer les acteurs qui les ont initiés, alimentés et fait vivre, répertorier les langues et les formes de leur rédaction et de leur publication. Cette presse a été produite dans des imprimeries, a circulé grâce à des réseaux de distribution, a introduit ou reproduit des modèles éditoriaux et graphiques, a touché un lectorat et a également stimulé une vie économique et culturelle spécifique, grâce notamment aux publicités qu’elle héberge pour des entreprises ou des associations reflétant l’activité des différentes communautés linguistiques.

Ce colloque réunit d’un côté des chercheurs travaillant sur l’histoire de la presse, l’histoire de l’immigration, l’histoire de l’exil, de l’expatriation et du « tourisme », l’histoire de Paris et de ses quartiers, notamment, et d’un autre côté les acteurs des bibliothèques œuvrant pour le signalement, la conservation et la valorisation de ces collections.

PROGRAMME

MERCREDI 9 MARS 2022

– 14h00 : Accueil des participants
– 14h30 : Allocutions d’ouverture par Marie-Lise Tsagouria (directrice de la BULAC) et Jean-François Huchet (Président de l’Inalco)

  • Ouverture et présentation du colloque par Diana Cooper-Richet, Nicolas Pitsos, Isabelle Richet (comité organisateur du réseau Transfopress)

– 15h15 : Keynote lecture : “Pourquoi Paris ?” par Antoine Marès, professeur émérite (université Paris 1 Panthéon-Sorbonne/UMR SIRICE)

– 16h15 : Pause-café

– 16h30 : Les collections des bibliothèques et l’étude sur la presse parisienne allophone

  • Table ronde animée par Benjamin Guichard (BULAC) avec la participation de : Stéphanie Bartolo (Musée de l’histoire de l’immigration), Julie Duprat (BHVP), Céline Lèbre (La Contemporaine), Philippe Mezzasalma (BnF)

– 18h00 : Discussion
– 18h30 : Visite de l’exposition “Ces périodiques allophones qui ont fait la presse parisienne”
– 19h00 : Pot d’inauguration

 

JEUDI 10 MARS 2022

– 9h00-11h00 : Session 1 : La presse allophone parisienne au XIXe Siècle
Présidence : Isabelle Richet (Université de Paris)

  • Diana Cooper-Richet (CHCSC-Université de Versailles Saint-Quentin-en-Yvelines), Colette Colligan (Université Simon Fraser) “La presse parisienne en anglais au XIX° siècle: journaux, lecteurs et lieux de lecture”
  • Ons Debbech (Université Paris 8), “Naissance de la presse arabe à Paris au XIXe siècle”
  • Gidéon Kouts (Université Paris 8), “Le Libanon de Paris (1865-1870) : premier journal hébraïque de France et sa place dans l’histoire de la presse hébraïque”
  • Despina Provata (Université nationale et capodistrienne d’Athènes), “Médiation des connais- sances et médiation dans l’espace franco-hellénique. La revue illustrée Εθνική Επιθεώρησις [Revue nationale] (Paris, 1869-1877)”
  • Lisa Bolz (CELSA, Sorbonne Université), “La presse allemande à Paris au XIXe siècle”

– 11h00 : Pause-café

– 11h30-13h30 : Session 2 : La presse allophone parisienne au XIXe Siècle
Présidence : Diana Cooper-Richet (Université de Versailles Saint-Quentin-en-Yvelines)

  • Iwona Pugacewicz (Centre de civilisation polonaise), “Pourquoi un immigré polonais en France a-t-il besoin d’un journal national ? L’importance de la presse en exil pour maintenir l’unité et le développement de la culture polonaise en France au XIXe siècle”
  • Maria José Ruiz (Universidad de Sevilla), “Writers and journalists in the Parisian exile : Andrés Borrego y El Precursor/Santiago de Rotalde y El Dardo”
  • Enrico Serventi Longhi (Università di Rome Tre), “Parigi che si agita …” : “The French Capital in the Storytelling of the Italian Correspondents at the Twilight of a Century (1898-1900)”
  • Bruna Oliveira Santiago (Universidade Nova de Lisboa, IHC – NOVA FCSH / IN2PAST), “La presse illustrée lusophone à Paris au XIXe siècle (1877-1893)”
  • Arnulfo Uriel de Santiago Gómez (Universidad Autónoma Metropolitana Unidad Xochimilco), “José María Luis Mora et le débat sur la liberté de la presse (1836) : publier en espagnol à Paris”

– 13h30 : Pause-déjeuner

– 15h00-16h30 : Session 3 : La presse allophone parisienne pendant L’entre-deux-guerres
Présidence : Bénédicte Deschamps (Université de Paris)

  • Anne Mathieu (Université de Lorraine), “La Nouvelle Espagne antifasciste – nueva España antifascista : le cas d’un journal franco-espagnol de combat”
  • Isabelle Felici (Université Paul-Valéry Montpellier 3), “Veille antifasciste : le mensuel anar- chiste Veglia de Virgilia D’Andrea (Paris 1926-1927)”
  • Roxane Bonnardel-Mira (Université de Tours), “Cartographie des engagements fascistes et antifascistes au travers des publicités de la presse italienne de Paris à la fin des années 1920”
  • Cristina Climaco (Université Paris 8), “Presse portugaise d’exil publiée à Paris pendant l’entre-deux-guerres”

– 16h30 : Pause-café

– 17h-18h30 : Session 4 : La presse allophone parisienne pendant l’entre-deux-guerres
Présidence : Etienne Boisserie (Inalco)

  • Qing Feng (RIRRA 21, Université Paul Valéry Montpellier 3 et Université de Nankin), Jingjing He, (Université Sorbonne Nouvelle Paris 3 et Université de Nankin), “Lieux de mémoire : poétique historique de la presse chinoise parisienne de l’entre-deux-guerres”
  • Katerina Lobodenko (Université Paris 3 – La Sorbonne Nouvelle), “Crayons au service de la presse : périodiques illustrés et caricature des émigrés russes en France (1920-1930)”
  • Irina Dmytrychyn (Inalco), “Ukrainski visti en tant qu’organe de propagande soviétique”
  • Nicolas Pitsos (BULAC, Inalco), “Agon : un journal grécophone dans Paris des années folles au service d’une logique diasporique de la presse”

 

VENDREDI 11 MARS 2022

– 9h30-11h00 : Session 5 : La presse allophone parisienne après 1945
Présidence : Catherine Horel (EHESS, CNRS)

  • Luciana Radut-Gaghi (CY Cergy Paris Université), “Presse culturelle diasporique et idées européennes. Les cas de Kultura et de Luceafarul”
  • Jean-Pierre Liotard-Vogt (Université Paris 1), “Trois revues hongroises publiées à Paris après 1956 : Irodalmi Újság, Magyar Műhely et Magyar Fűzetek”
  • Catherine Servant (Inalco), “Présences et usages de la presse tchécophone d’émigration et d’exil en France (1914-1989)”
  • Françoise Mayer (I.T.I.C, Université Paul Valéry – Montpellier III), “Pavel Tigrid et la revue Svědectví, un anticommuniste soutien indéfectible du dialogue”

– 11h00 : Pause-café

– 11h30-13h : Session 6 : La presse allophone parisienne après 1945
Présidence : Stéphanie Prevost (Université de Paris)

  • Constance Pâris de Bollardière (Université Américaine de Paris), Malena Chinski (Fondation pour la mémoire de la Shoah), Simon Perego (Inalco), “Organiser et publier un concours d’écriture autobiographique sur l’expérience de guerre : enjeux éditoriaux et influences cultu- relles dans le quotidien yiddish communiste parisien Naye Prese, 1947-1949”
  • Nicolas Prognon (Université de Toulouse 2), “La culture chilienne en exil, un héritage de l’Unité populaire à la dimension transnationale”
  • Krikor Beledian (Inalco), “La presse littéraire arménienne à Paris entre 1920 et 1960”
  • Elisabeth Walle (BnF), “La presse en polonais à Paris”

 – 13h00 : Pause-déjeuner

– 14h30-16h00 : Session 7 : La presse allophone parisienne après 1945
Présidence : Nicolas Pitsos (BULAC, CREE-Inalco)

  • Anthony Goreau-Ponceaud (Université de Bordeaux, LAM), “Visibilité de la presse tamoule à Paris”
  • Emmanuel Poisson (Université de Paris), “La politique du renouveau (đổi mới) vue par Đoàn Kết”
  • César Castellvi (Université de Paris), “Une histoire de la presse d’information en langue japonaise à Paris (1970-2020)”
  • Amirpacha Tavvakoli (CESPRA – EHESS), “Persian journal of Paris (1950-1979)”

– 16h00 : Pause-café

-16h30- 18h30 : Session 8 : La presse allophone parisienne après 1945
Présidence : Sophie Coeuré (Université de Paris)

  • Loïc Min Yu (BULAC, Inalco), “Dragon chinois à Paris: la construction de l’identité cultu- relle à travers la presse chinoise en France”
  • Asmaa Azizi (Université Paris 13), “Les productions périodiques institutionnelles de l’État marocain : entre surveillance de son image et volonté de préservation d’une identité maro- caine de ses émigrés”
  • Carlota Vicens-Pujol (Université des Îles Baléares), Antoni Marimon Riutort (Université des Îles Baléares), “De l’émigration au tourisme de masse : la revue Paris-Baléares (1954-1965)”
  • Nana Metreveli (Inalco), “Panorama de quelques périodiques géorgiens édités à Paris XIXe- XXe siècles”
  • Marc Nichanian (Columbia Universtiy, New York), “Un siècle de presse arménienne à Paris”

À l’occasion du colloque, l’exposition “Ces journaux des diasporas qui ont fait la presse parisienne” est programmée à la BULAC du 21 février au 1er avril. Cette exposition propose un tour d’horizon de la diversité linguistique de la presse parisienne au XXe siècle, ainsi que des activités parallèles de maisons d’éditions et d’imprimeries à l’origine de ce phénomène éditorial. Voici le lien de l’exposition

ORGANISATION :  Diana Cooper-Richet (CHCSC/Université de Versailles Saint-Quentin-en-Yvelines), Nicolas Pitsos (BULAC, CREE/Inalco), Isabelle Richet (LARCA UMR 8225/Université de Paris).

CONTACT : nicolas.pitsos@inalco.fr



Citer ce billet
cree (2022, 12 février). Paris, métropole polyphonique : pour une histoire de la presse parisienne en langue étrangère (XIXe-XXIe siècle). Carnets Russie-Europes-Eurasie. Consulté le 18 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/nbol

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search