Soutenance de thèse de Sergei Fediunin

Lundi 6 décembre à partir de 14h30
Salons d’honneur au 1er étage de la Maison de la recherche de l’INALCO
2 rue de Lille, 75007 Paris

Nous avons le plaisir de vous inviter à la soutenance de thèse de doctorat en Science politique de Monsieur Sergei Fediunin intitulée : 

Le nationalisme au service d’une nation incertaine : nouvelles tendances du nationalisme et (dé)légitimation du pouvoir dans la Russie contemporaine, 2000-2020

Composition du jury :  
Gil Delannoi, Directeur de recherche au CEVIPOF, Institut d’Études Politiques de Paris (rapporteur)
Valéry Kossov, Maître de conférences HDR, Université Grenoble Alpes (examinateur)
Marlène Laruelle, Research Professor, George Washington University (rapporteure)
Jean Radvanyi, Professeur des Universités émérite, INALCO (directeur de thèse)
Jean-Robert Raviot, Professeur des Universités, Université Paris Nanterre (examinateur)
Anne de Tinguy, Professeure des Universités émérite, INALCO (examinatrice)

Le nombre de places dans la salle étant limité en raison des restrictions liées à la crise sanitaire, la soutenance aura lieu en présentiel et en visioconférence sur Zoom. Elle sera suivie d’un pot auquel vous êtes chaleureusement convié.e.s.

Afin de faciliter l’organisation et d’obtenir le lien Zoom, nous vous prions de bien vouloir nous informer de votre présence à la soutenance et/ou au pot par mail à l’adresse suivante : sergei.fediunin@inalco.fr


La Russie du début du XXIe siècle est marquée par une résurgence du nationalisme, qui se présente sous des formes variées. Ce retour s’opère toutefois en l’absence de consensus autour de la « nation », qui se voit contestée en tant que projet identitaire et demeure incertaine en tant que forme politique. Cette thèse scrute l’ambiguïté inhérente à la ressource nationaliste, entendue comme outil de légitimation ou de délégitimation du pouvoir politique dans la Russie de Vladimir Poutine. Située au croisement de la science politique, de l’histoire des idées politiques et des études slaves, elle met en lumière les nouvelles tendances du nationalisme et propose des conceptualisations permettant de mieux situer le phénomène nationaliste dans l’espace politique russe. La thèse commence par explorer la spécificité de la terminologie et du débat identitaires russes. Ensuite, elle étudie différentes tendances contestataires de l’ordre établi, comme le nationalisme populaire xénophobe à caractère nativiste, l’ethnonationalisme russe pro-démocratique et un (éphémère) nationalisme libéral. Elle analyse enfin les trois volets d’un « nationalisme officiel » qui se forment en réaction aux expressions non étatiques du nationalisme majoritaire. En cherchant à contenir ces expressions tout en s’en inspirant, le nationalisme officiel a pour objectif de légitimer l’État dans sa forme actuelle aux yeux des gouvernés. En somme, cette thèse participe de l’étude comparative des nationalismes dans des contextes marqués par l’instabilité identitaire et la diversité culturelle. Elle contribue aussi à l’analyse de l’usage du nationalisme comme instrument de pouvoir dans un État autoritaire.


Mots clés : nationalisme, Russie postsoviétique, légitimation politique, construction nationale, État autoritaire, question nationale, nation, nativisme, politique ethnique, xénophobie.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search