Festival Transcaucases : Table ronde « Polars caucasiens »

Le Festival Transcaucases revient à l’Inalco, avec une série d’événements culturels et scientifiques consacrée au Caucase, tel qu’il est vécu, perçu, étudié, fantasmé, raconté par des artistes, des chercheurs, des voyageurs et des acteurs de terrain. Le Festival Transcaucases aspire à une volonté d’ouverture disciplinaire, à travers plusieurs domaines de la création artistique et culturelle, ainsi qu’au décloisonnement des cultures de la région. À travers cette programmation variée, l’édition 20/21 du Festival Transcaucases permet des échanges en explorant différents champs de la création artistique et scientifique.

Table ronde « Polars caucasiens »

Mardi 16 novembre 2021 – 18:00 – 20:00
Inalco, Maison de la recherche (2 rue de Lille, 75007 Paris), Auditorium

 

Intervenantes

Taline Ter Minassian
Professeure des universités à l’Inalco.

Satenig Batwagan Toufanian
Enseignante de philosophie à la retraite, docteure en histoire (EHESS), titulaire du certificat supérieur d’arménien classique (ELCOA – Institut catholique) et auteure du Piège de l’Orgueil, Satenig Toufanian présentera son prochain roman : Rendez-vous à Madras, éditions Thaddée.

Naïri Nahapetian est née dans une famille arménienne à Téhéran, ville qu’elle a quittée après la révolution islamique en 1980. Journaliste pour Alternatives économiques, elle est l’autrice de plusieurs romans. Qui a tué l’ayatollah Kanuni ? paru en 2009 aux éditions Liana Levi est le premier roman policier « iranien » paru dans le monde, en tout cas le premier qui raconte l’Iran sous le joug de la République islamique.

Ont suivi Dernier refrain à Ispahan paru en 2012 aux éditions Liana Levi et repris, comme Qui a tué l’ayatollah Kanuni ?, en Points-Seuil. Un mystérieux serial-killer y sévit dans la ville d’Ispahan où il s’en prend à des femmes qui ont enfreint l’interdit islamique de chanter en public.
Ont suivi Un agent nommé Parviz (2015, éditions de l’Aube), Le Mage de l’hôtel Royal (2016, éditions de l’Aube), JadisRomina Wagner (2017, éditions de l’Aube), tous trois des polars d’espionnage qui mettent en scène un certain Parviz aussi sulfureux qu’inébranlable.

L’amour selon Marina M., paru en 2019 aux éditions de l’Aube, est de son côté un roman initiatique teinté de fantastique. Même s’il ne s’agit pas d’un polar, on y trouve tous les ingrédients du suspense puisque le personnage principal, Marina M., y mène une enquête sur les raisons qui ont retenu son père en Iran alors qu’elle a quitté ce pays dans son enfance avec sa mère. Des points communs peuvent être trouvés avec la biographie de l’autrice.

Modératrice : Isabelle Kortian
 

Entrée sur inscription via ce formulaire. 
Pass sanitaire et masque obligatoires. 

Organisatrices : Taline Ter MinassianAnouche Der Sarkissian et Sophie Hohmann


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
cree (21 septembre 2021). Festival Transcaucases : Table ronde « Polars caucasiens ». Carnets Russie-Europes-Eurasie. Consulté le 22 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/nbnm


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search