Anthropocène à la russe ? Espace, environnement et santé dans l’Eurasie du Nord : nouvelles approches

Nous avons le plaisir de vous inviter à la cinquième et dernière séance du séminaire « Anthropocène à la russe ? » organisée par le CEFR de Moscou. Seront discutées les nouvelles approches en histoire environnementale proposées par deux programmes de recherche récemment lancés.

Interviendront :
– Klaus Gestwa, Irian Andriushenko, Marin Coudreau (projet « Environnement et santé en Union soviétique et dans les États successeurs. Monde toxique et corps écologique, 1945-2000 », Paris/Tübingen)
– Marc Bassin, Alexander Sorokin, Alexander Fokin, Evgeniy Gololobov, Dmitri Nechiporuk, Mikhail Piskunov, Timofei Rakov (projet « Les humains dans les espaces en mutation de l’Oural et de la Sibérie, 19e -20e siècles », Tioumen)

Modération : Laurent Coumel (CREE, INALCO)

Vendredi 25 juin de 17 h à 19 h heure de Paris (18-20h heure de Moscou).
Le séminaire aura lieu en russe et en ligne sur Zoom. Pour vous enregistrer, cliquez ici.
Le lien vers la conférence sera envoyé aux participants enregistrés deux heures avant le commencement de la séance.

Organisateurs : Laurent Coumel (CREE, INALCO) et Marc Elie (CNRS/CERCEC).

А. Чеботарев, Береги родную природу!, 1988

Le séminaire du 25 juin est consacré à l’histoire environnementale de l’Empire russe et de l’URSS. Le format de cette séance est expérimental : seront présentés des programmes de recherche en cours, et non pas à des résultats définitifs. Les collectifs de deux nouveaux projets « Les humains dans les espaces en mutation de l’Oural et de la Sibérie, 19-20siècles », sous la direction de Marc Bassin et « Environnement et santé en Union soviétique et dans les États successeurs. Monde toxique et corps écologique, 1945-2000 » (EnviroHealth), sous la direction de Marc Elie et Klaus Gestwa, en exposeront les hypothèses, les recherches prévues et les résultats attendus. Il s’agit d’engager la conversation tant avec la communauté de recherche que de construire des ponts entre les deux projets.

Les projets se complètent. Ils sont liés par l’idée que les relations entre sociétés humaines et dynamiques naturelles se déroulent dans des systèmes coordonnés déployés à différentes échelles : des changements anthropogéniques globaux jusqu’aux bouleversements dans l’intimité du corps ; des projets impériaux pour « améliorer » la nature jusqu’aux conflits d’intérêts régionaux et aux controverses autour de la coordination des dynamiques socio-économiques et environnementales. 

Le projet « Les humains dans les espaces en mutation de l’Oural et de la Sibérie, 19-20siècles » se concentre sur les interactions en constante évolution entre le territoire imaginé et le territoire institutionnalisé et maintenu par des dispositifs, y compris mentaux. Le projet EnviroHealth est consacré aux liens entre les conséquences environnementales de l’État industriel et les pratiques médicales autour du corps affecté par les pollutions et la dégradation des milieux. Les deux projets travaillent sur les terrains ouraliens et sibériens, y compris le nord et l’est du Kazakhstan. Ces régions ont été des fronts de modernisation au cours des deux siècles passés.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search