Les Doctoriales de l’Europe médiane, de l’espace russe et (post-)soviétique : “Archives et traces : enjeux, usages et poétiques”

Dates : 

Jeudi 3 juin 2021 – 09:00 – Vendredi 4 juin 2021 – 13:15
Lieu : 
En visioconférence et sur place
(Maison de la Recherche de l’Inalco, Auditorium (2, rue de Lille 75007 Paris))

 

  • Pour assister sur place à cet évènement, vous devez obligatoirement vous inscrire en cliquant ici (attention : le nombre de places est limitée).
  • Pour suivre l’évènement en distanciel, les codes Zoom seront prochainement indiqués ci-dessous.

 

Le Centre de recherches Europes-Eurasie (CREE–Inalco), avec le soutien des GDR “Connaissance de l’Europe médiane” et “Empire russe, URSS et monde post-soviétique”, a le plaisir de vous convier aux Doctoriales de l’Europe médiane, de l’espace russe et (post-)soviétique qui ont thème : “Archives et traces : enjeux, usages et poétiques”.

Argumentaire
Pierre Nora affirmait en 1984 que « l’obsession des archives et du patrimoine caractéristique de notre époque correspond à la fin des milieux traditionnels de mémoire ». Pour Marie-Pascale Huglo, « les archives tiendraient lieu de mémoire, elles seraient même l’un des lieux où l’opposition entre la mémoire collective spontanée et la mémoire dans l’Histoire – distanciée, enregistreuse – se marque de la façon la plus tranchée ».
Dans les aires est-européennes et ex-soviétiques, l’ouverture des archives suite à la chute des régimes communistes a contribué à un renouvellement radical de l’historiographie, notamment des périodes récentes. Qu’en est-il, trente ans après le début d’une ouverture des archives qui semble connaître un temps d’arrêt, face à la diversité, la « dilatation », la démocratisation ou le retour autoritaire, de l’accumulation ou de l’occultation du matériau archivistique qui a parfois été interprété comme le signe d’une perte de la mémoire collective à l’ère post-totalitaire et post-industrielle ? 
Destinée à documenter le passé, l’archive se conjugue aussi au présent, entre autres à travers le développement de l’histoire orale ou des recherches en linguistique sur les pratiques de communication contemporaine. La mémoire vive, actuelle, est devenue une nouvelle forme d’archive qui vient compléter l’archive écrite, fixée et conservée par des dispositifs qui l’enclosent, et qui se veut porteuse d’une forme de « présence » du passé. Si l’archive est affaire de temps et de temporalités, c’est alors aussi une affaire de construction sociale et politique. Les archives orales posent ainsi une double question : celle d’une confrontation renouvelée entre subjectivité et histoire et celle des limites du territoire du texte.
La construction et les usages des archives – possiblement leur spoliation – seront au cœur des interrogations de ces doctoriales. La sélection, la conservation, le traitement, puis les utilisations savantes, les manipulations, les détournements ou les falsifications des archives, que ce soit pour des raisons esthétiques, politiques ou historiques, par divers acteurs impliqués (archivistes, pouvoirs, chercheurs, artistes, institutions publiques et privées, media…), voire la création de toutes pièces de matériaux documentaires, ne posent pas qu’un problème éthique lié à la valeur d’authenticité. Au service de la fiction, l’archive n’acquiert-elle pas une valeur poétique qui la place dans un au-delà de la morale ? Dans la démarche scientifique ou historienne, l’archive centre-est européenne, russe et post-soviétique n’est-elle pas à questionner de façon spécifique, en tenant compte des strates successives – souvent incohérentes – de sa constitution et de son utilisation ? Comment l’historiographie s’en ressent-elle ? Il s’agira d’interroger les temporalités mais aussi les spatialités des productions, des usages et des traces des archives. Internet et les outils numériques sont des territoires qui peuvent être explorés dans cette perspective.
La thématique des archives, qui recouvre plusieurs disciplines et concerne plusieurs étapes de l’élaboration d’une thèse, permet enfin une réflexivité des doctorants sur leur pratique de chercheurs. L’archive sera considérée ici à la fois comme outil et objet de recherches.

 

PROGRAMME

JEUDI 3 JUIN 2021

9h00 – Accueil
9h25 – Mot d’ouverture

9h30 – Première session : Archives et mémoires

Table 01 (9h30-10h40)
Agustin COSOVSCHI, Université de Paris – CETOBaC

  • Les documents perdus ? Le rapatriement des archives de la dissidence de l’Est en France après 1989, entre politiques de restitution et édification de la nation

Bénédicte STOUFFLET, Université Libre de Bruxelles

  • « Qui s’en souvient ? » : poétique de l’archive et pratiques nostalgiques sur les communautés en ligne d’ex-citoyens soviétique

Table 02 (10h50-12h00)
Ecaterina OJOGA, Paris-1 Panthéon-Sorbonne

  • Les Archives du communisme en République de Moldavie entre idéologie et mémoire politique

Kateryna LOBODENKO, Paris III Sorbonne-Nouvelle

  • Rôle de la caricature et du cinéma dans la construction de la mémoire collective de l’émigration russe après la Révolution de 1917

12h00 – Pause déjeuner

13h30 – Deuxième session : Archive et construction littéraire ou visuelle

Le conte littéraire russe de la période romantique face à ses sources : la place de l’archive dans la construction du genre

Table 03 (13h30-15h15)
Simon ALBERTINO, Université de Grenoble

Anastasiia KOZYREVA, Inalco

  • Le paratexte d’un manuscrit : Mikhaïl Lermontov auto-illustré

Amine AFFELOUS, Université Nanterre Paris-Ouest

  • L’influence des archives impériales sur l’image de Pougatchev et de sa révolte à l’ère du cinéma post-soviétique à travers le film « Révolte Russe »

15h15 – Pause

Table 04 (15h45-17h30)
Viktoria RYBINA, Université de Grenoble

  • L’archive et le jeu vidéo

Jovana PAPOVIC, EHESS

  • Les archives visuelles et l’incontrôlable dispersion des images – le cas du Sokol yougoslave (1919-1941)

Tomasz KRUPA, Inalco et Université de Cracovie :

  • Pour une relecture de l’oeuvre de Sorana Gurian d’après les manuscrits et tapuscrits inédits

VENDREDI 4 JUIN 2021

9h00 – Accueil

9h15 – Troisième session : Usages de l’archive

Table 05 (9h15-11h00)
Paul WOLKENSTEIN, Inalco

  • Aborder les archives d’architecture : le cas de l’Asie centrale et de l’Asie centrale soviétiques

Margarita MAKAROVA, Université de Lausanne

  • Le bilinguisme littéraire dans les thèses russes et soviétiques entre 1970 et 2020 : archives de la Bibliothèque d’État de Russie

Léa XAILLY, Inalco

  • Le jeu des archives dans les relations polono-russes

11h00 – Pause

Table 06 (11h30-13h15)
Gabriela ZIAKOVA, Université de Bordeaux

  • Archives de rêves d’Albert Marenčín : plaidoyer pour les sources privées dans l’étude de l’hérésie « à l’époque des procureurs »

Denis LAKINE, Inalco

  • In vino veritas ou faut-il boire pour comprendre Erofeev ? Remarques à propos de l’enregistrement sonore de la lecture publique de Moscou-sur-Vodka

Thomas THISSELIN, Université de Lorraine

  • La réception en France de la musique soviétique : l’évolution de la censure de 1948 à 1968

Comité d’organisation
Étienne BOISSERIE (Inalco, CREE)
Catherine GÉRY (Inalco, CREE)
Sophie HOHMANN (Inalco, CREE)
Alisa MENSHYKOVA (doctorante, EHESS, UMR CERCEC)
Mélanie SADOZAÏ (doctorante, Inalco, CREE)

Contacts
catherine.gery@inalco.fr
eboisserie@gmail.com


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search