Projet ArmeYouth / REST&REV : Rester, partir, revenir : jeunesse(s) arménienne(s) ici et là-bas

Nous avons le plaisir de vous informer que Sophie Hohmann, Maître de conférence en sociologie, chercheuse au CREE et Cécile Lefèvre, Professeur de sociologie à l’Université de Paris, chercheuse au CERLIS ont remporté l’appel à projets « Emergence-Idex« .

Projet ArmeYouth/Rest&REV :
Rester, partir, revenir : jeunesse(s) arménienne(s) ici et là-bas
Durée du projet : 2 ans

Source : Photographie de Sophie Hohmann, Erevan, Arménie, 2012.

En avril 2018, après 70 ans d’URSS puis 30 ans de régime autoritaire et oligarchique, une révolution démocratique et populaire – portée en grande partie par la jeunesse locale – a traversé l’Arménie. Cette révolution a été suivie de près par la diaspora, et notamment les jeunes de 3e voire 4e génération ; descendant·es pour la plupart des rescapé·es du génocide de 1915 venant de territoires aujourd’hui situés en actuelle Turquie.

Si jusque-là, les principales perspectives d’avenir qui s’offraient aux jeunes Arménien·nes locaux passaient par une migration (en particulier vers la Russie, la France et les États-Unis), depuis 2018, nombreux·ses d’entre eux souhaitent désormais rester afin de participer à la construction d’une nouvelle société arménienne. Et du côté des jeunes diasporiques la révolution a suscité de nouveaux projets de « repatriation » – comme ils l’appellent. Partant, nous étudierons les transformations sociales des jeunesses arméniennes et ses désirs de démocratie participative et d’émancipation, en croisant les différents regards, perspectives, discours et imaginaires de ces jeunes.

Nous recueillerons leurs récits de vie afin de comprendre comment ces jeunes (arménien·nes et/ou d’origine arménienne) se positionnent vis-à-vis du passé historique de l’Arménie a priori commun. Ces entretiens approfondis viseront à expliciter les liens entre petite histoire (personnelle, familiale, locale) et grande Histoire. Nous prévoyons donc plusieurs missions en Arménie ainsi qu’en France dans les hauts lieux diasporiques (Île de France et Marseille). Nous organiserons aussi un focus group filmé à mi-parcours, mêlant « diasporiques » et « locaux·locales » (comme ils et elles s’auto-désignent) afin de les rendre acteurs·trices de cette recherche.

Ce projet est à la croisée de la sociologie des migrations, de l’histoire et de la sociologie visuelle, avec la réalisation d’un film documentaire et d’un site, en plus d’articles et/ou ouvrage scientifiques.

NB : Ce projet a été pensé et rédigé avant la crise sanitaire de la Covid-19 qui touche aussi de plein fouet l’Arménie, et avant la troisième guerre du Haut-Karabagh de l’automne 2020 qui a des conséquences multidimensionnelles et constitue une immense rupture dans la politique intérieure et régionale. Notre projet s’attachera à considérer ces transformations dans la réflexion et sur le terrain auprès des jeunes arménien·nes et/ou d’origine arménienne.

 


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search